Dashboard
Actueel weer
Zondag 30 september
33°
Zonnig
Weersvoorspelling
Do 1 okt 33°regenachtig
Za 2 okt 33°regenachtig
Zo 3 okt 33°regenachtig
Actuele waterstand
Zondag 30 september
657cm
Hoog
WeersvoorspellingPeak flow level (cm)
Minimum 660
Mean 663
Maximum 666
Table of contents
Zones protégées
Retour à Ecosystèmes et biodiversité

Zones protégées

Tant au Mali qu'en Guinée, un réseau d'aires protégées est établi, couvrant des zones importantes pour la conservation de la nature. Les principales aires protégées du bassin supérieur du Niger sont brièvement caractérisées en termes d'habitat et de biodiversité exceptionnelle.

L'UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) recensait 26 832 aires protégées dans le monde, dont 974 en Afrique. Toutes les aires protégées n'ont pas le même statut. L'UICN distingue huit catégories: I = réserve naturelle, Ia = réserve scientifique, Ib = nature sauvage, II = parc national, III = réserve panoramique, IV = réserve nationale, V = zone d'une beauté exceptionnelle, VI = zone de protection de la faune et de la flore. Toujours au Mali et en Guinée, un réseau d'aires protégées est établi. Les catégories d'aires protégées utilisées au Mali et en Guinée sont I, II, IV et VI. Voir la visionneuse interactive sur les aires protégées pour les détails spatiaux.

Protected areas signs



Aires protégées au Mali

Au cours des dernières décennies, le système d'aires protégées (AP) au Mali s'est développé en un réseau qui couvre la plupart des zones à fort intérêt biologique ou des écosystèmes représentatifs. Bien que la biodiversité au Mali soit sous haute pression, les AP détiennent encore d'importantes populations de faune représentatives de la région. Depuis 1995, la légalisation des AP au Mali a été révisée, créant sept catégories officielles d'AP.

  • Parcs nationaux : Il y a deux parcs nationaux, Wongo et Kouroufing Wongo, qui font partie de la réserve de biosphère Boucle de Baoulé. L'ancien parc national de la Boucle de Baoulé fait également partie de la réserve de biosphère ;
  • Réserve faunique : Le Mali reconnaît cinq réserves fauniques: Nema Wula, Mande Wula, Niénendougou, Talikourou et Kéniébaoulé). Néma Wula et Mandé Wula font partie de la réserve de biosphère proposée de Bafing-Falémé et sont situées dans le bassin du Sénégal ; 
  • Réserve faunique partielle : Il existe trois réserves fauniques partielles : Ansongo-Ménaka, Gourma et Siankadougou. Gourma est la réserve d'éléphants.
  • Sanctuaire de faune : Le Mali détient un sanctuaire de faune, à savoir « Le sanctuaire des chimpanzés ». Il est situé dans la réserve de biosphère proposée de Bafing-Falémé et est situé dans le bassin du Sénégal ;
  • Réserves de chasse au gibier : Six zones ont été désignées réserves de chasse au gibier : Tidermène-Alata, Inekar, Nienendougou, Banzana, Flawa et Azaoud, également appelées Salam.
  • Game Ranch.

2541_107a_protected areas Mali South_web.jpg


En plus de ces AP, un système de forêts classées (forêts classées) existe déjà au Mali depuis le début du XXe siècle. L'objectif principal est de gérer et de réglementer l'approvisionnement en ressources ligneuses ainsi que le (sur) pâturage des sites forestiers.

Un groupe d'AP existantes constitue les réserves de biosphère, étendues avec des zones tampons et de transition. Ces réserves de biosphère sont, avec le site Ramsar et le site du patrimoine mondial, des zones exceptionnelles internationales basées sur les conventions internationales (UNESCO, Ramsar). Les catégories internationalement reconnues ne font pas partie de la législation nationale. Cependant, les zones centrales des zones de la biosphère se composent principalement de parcs nationaux ou de réserves ou de forêts classées protégées par la loi.
Zones désignées d'importance internationale :

  • Réserve de Biosphèrede la Boucle de Baoulé située dans le bassin supérieur du Niger. La Réserve de biosphère est classée en 1982 et couvre une grande partie de l'ancien Parc National de la Boucle du Baoulé. En 2001, la délimitation de la réserve a été modifiée, créant trois réserves séparées avec des couloirs : le bloc de Kongosambougou au nord, le bloc de Fina au sud-est et Badinko au sud-ouest. Ces réserves constituent également (des parties) d'anciens parcs nationaux et réserves fauniques.
  • Réserve de Biosphère Bafing - Falémeé - proposé. Cette réserve de biosphère proposée est située dans le bassin du Sénégal et forme à l'avenir une réserve transfrontalière, constituée de plusieurs parcs nationaux existants (Wongo, Kouroufing), réserves fauniques (partielles), réserves de chasse au gibier et sanctuaire faunique (Sanctuaire de chimpanzées).
  • Région de Ramsar - En 2001, le gouvernement malien a désigné le Delta intérieur du Niger comme site d'importance internationale pour les oiseaux d'eau en vertu de la Convention de Ramsar. Trois sites du DIN avaient déjà ce statut depuis mai 1987. Avec une superficie totale de 41 195 km2, c'est l'un des plus grands (6e) sites Ramsar au monde. La désignation a abouti aux projets de l'UICN (1980) et de Wetlands International dans les années 2000.
  • Site du patrimoine mondial - Falaises de Bandiagara (Pays Dogon). Il existe deux autres sites au Mali, mais ceux-ci sont réservés à des fins culturelles uniquement.

2541_108a_protected areas IND_web.jpg


La protection et la gestion des parcs nationaux et autres aires protégées au Mali sont sous la responsabilité du ministère de l'Environnement et de l'Assainissement et sont exécutées par la Direction nationale de la conservation de la nature (DNCN), récemment modifiée dans la direction nationale des Eaux et Forêts (DNEF), qui formalise que les activités de la DNEF se concentrent principalement sur la gestion des forêts nationales et des ressources en bois. La Division de la conservation de la faune et de ses habitats est en charge de la gestion des AP.

Observation



Aires protégées en Guinée

Sur la base du réseau de forêts domaniales classées (1885-1958), la protection des écosystèmes, des ressources naturelles et de la biodiversité en Guinée a fait l'objet d'une attention croissante dans la seconde moitié du siècle précédent. Les premiers parcs nationaux ont été créés au début du 20ème. En 1990, le « Code de la protection de la faune et de la réglementation de la chasse » a été adopté (à partir de 1997 intégré dans le système juridique). Ce code distingue cinq catégories d'AP en Guinée : parc national, réserve naturelle intégrale, réserve naturelle gérée, sanctuaire de faune et réserve de chasse au gibier. Les parcs nationaux déjà existants (à l'exception de Kankan) n'ont pas été inclus dans le système juridique et manquent de protection juridique formelle.

En plus du réseau d'AP, la Guinée a ratifié les conventions internationales et désigné plusieurs zones comme `` Zones importantes reconnues internationales pour la biodiversité et les écosystèmes '' (Réserve de biosphère, Site Ramsar, site du patrimoine mondial). En particulier dans la zone côtière, plusieurs sites Ramsar ont été désignés (initiés par l'UICN dans les années 1990), suivis dans les années 2000 par des sites Ramsar le long des principaux fleuves. On ne sait pas comment ces sites Ramsar sont intégrés dans la protection juridique.

Au-delà de la zone côtière, les AP ont été créées principalement sur la base de forêts domaniales classées. En 1997, le Parc National du Haut Niger (PNHN) a été créé, avec en son centre la Forêt de la Mafou et la Forêt Classée de la Kouya. En 2006, un Sanctuaire des Vautours a été créé dans le massif du Fouta Djallon, qui est la dernière aire protégée formelle de Guinée (UICN, 2008). Le réseau PA en Guinée (Réseau guinéen d'aires protégées - REGAP) est en cours de formalisation avec tous les partenaires, ainsi que le Programme Cadre Décennal (2006-2015) pour la gestion durable du réseau. Les aires protégées sont divisées en trois catégories principales, liées aux écorégions ou à l'habitat principal :

  • Catégorie A. Aires protégées des écosystèmes terrestres (Aires protégées des écosystèmes terrestres)
  • Catégorie B. Aires protégées des écosystèmes côtiers, marins et insulaires (Aires protégées des écosystèmes côtiers, marins et insulaires)
  • Catégorie C. Aires protégées des écosystèmes d'eau douce (Aires protégées des écosystèmes d'eau douce)

2541_106a_protected areas Guinea_web.jpg

En plus de ces AP, un réseau de forêts domaniales classées existe déjà depuis le début du XXe siècle. L'objectif principal est de gérer et de réglementer l'approvisionnement en ressources ligneuses ainsi que le (sur) pâturage des sites forestiers.

La protection et la gestion des AP en Guinée sont assurées par le Ministère de l'Environnement et ont été réalisées, jusqu'en 2003, par la Direction Nationale des Eaux et Forêts (DNEF). Le prédécesseur de cette direction date des années 1930 et était principalement axé sur les forêts et les ressources en bois (forêts classées). Aujourd'hui, la mission principale de la Direction est la gestion durable des ressources forestières et fauniques nationales. En 2004, la responsabilité de la protection du réseau d'AP a été transférée au CENAGAP, le Centre National de Gestion des Aires Protégées. Cet institut est placé sous la responsabilité du ministère de l'Agriculture, de l'Elevage, de l'Environnement et des Eaux et Forêts (Brugiere & Kormos 2009).

Le contexte, l'organisation et le système des aires protégées en Guinée sont décrits par Brugiere & Kormos (2009) et sur le site Web (www.eaux-forest.sn) de la Direction Nationale des Eaux et Forêts (DNEF), chargée de la gestion du réseau d'AP en Guinée. Des informations supplémentaires sont disponibles grâce à une évaluation de l'UICN de l'efficacité du réseau d'AP en 2008 (UICN 2008).