Dashboard
Actueel weer
Zondag 30 september
33°
Zonnig
Weersvoorspelling
Do 1 okt 33°regenachtig
Za 2 okt 33°regenachtig
Zo 3 okt 33°regenachtig
Actuele waterstand
Zondag 30 september
657cm
Hoog
WeersvoorspellingPeak flow level (cm)
Minimum 660
Mean 663
Maximum 666
Table of contents
Evolutions générales des précipitations
Retour à Temps et climate

Evolutions générales des précipitations

Les conditions météorologiques en Afrique de l'Ouest sont influencées par la zone de convergence intertropicale (ZCIT), une ceinture de basse pression qui épouse l'équateur. A l'échelle du continent africain, il en résulte des régimes de précipitations caractéristiques, avec des conditions très humides autour de l'équateur et une diminution graduelle des précipitations au nord et au sud.

Evolutions générales

En Afrique de l'Ouest, ce gradient de précipitations s'étend sur une courte distance remarquable, y compris le bassin du Niger Supérieur et le Delta Intérieur du Niger. La circulation de l'air autour de l'équateur est le principal moteur de la séquence annuelle des précipitations en Afrique de l’Ouest. L'air chaud et humide ascendant immédiatement au nord et au sud de l'équateur est aspiré dans la ZCIT et transporté à des altitudes de 10-15 km plus au nord et au sud de l'équateur. Pour compenser l'augmentation de l'air dans la zone de convergence, le flux nord descend dans la zone désertique, normalement centrée entre 20 ° et 30 ° N. L'air descendant se réchauffe à mesure que la pression augmente, devenant sous-saturée en vapeur d'eau et conduisant au ciel clair typique et à l'aridité générale du Sahara.

Global rainfall pattern Africa

Les précipitations annuelles en Afrique de l'Ouest (à gauche) sur deux années différentes (2010 et 2012) sur la base des mesures satellitaires quotidiennes données sur le site web du système d'alerte précoce contre la famine (FEWS) website. Les précipitations annuelles moyennes en Afrique entre 1960 et 1990 (à droite); source: Hijmans et al. (2005). Le bassin du Niger Supérieur est indiqué. Les estimations de la pluviométrie par satellite sont correctes pour la zone sahélienne et également pour le bassin du Niger Supérieur, mais systématiquement trop bas le long de la côte atlantique entre le Sénégal et le Nigéria.

Ce système de circulation d'air, connu sous le nom de cellule de Hadley, assure que le vent dominant sur le Sahara, l'Harmattan, souffle toujours du nord-est et non du nord. L'Harmattan, un phénomène bien connu en Afrique de l'Ouest, apporte de l'air sec et poussiéreux au Sahel et plus au sud. Lorsque, pendant l'été du nord, le soleil est au-dessus du Sahara, une ceinture de basse pression se forme au-dessus du Sahel, amenant des nuages, de la pluie, des orages fréquents et une mousson du Sud-Est.

Hadley cell tekening.jpg

Coupe transversale schématique du système de circulation d'air de la zone de convergence intertropicale (ZCIT). B Zone de basse pression avec de l'air chaud et humide ascendant, zone de haute pression H avec de l'air descendant relativement sec, provoquant des vents dominants au-dessus du Sahel (Harmattan). Pris de Beintema et al. (2009).

 

Variation saisonnière

La météo en Afrique de l'Ouest montre une différenciation saisonnière distincte avec, en général, une saison chaude et sèche de novembre à avril et une saison humide à pluvieuse de mai à octobre. Cette tendance saisonnière est le résultat du déplacement saisonnier de la ZCIT, au nord et au sud de l'équateur. La ZCIT se déplace en fonction de la position du soleil, entre le tropique du Cancer (21 juin) et le tropique du Capricorne (21 décembre).

Les conditions saisonnières varient en conséquence du nord au sud. Dans la partie méridionale du bassin du Niger Supérieur, dans la région montagneuse des affluents en amont du Niger, la saison des pluies s'étend de mars à octobre. A Tombouctou et dans la région du Gourma au Mali, les précipitations tombent de juin à septembre. Dans toutes les régions d'Afrique de l'Ouest, la quantité maximale de précipitations tombe en août.

Seasonal pattern of rainfall at different rainfall stations

 

Variation annuelle

La période pluvieuse dans la zone soudanienne et sahélienne est limitée à quelques mois, typiquement ponctuée par des averses locales et des orages tropicaux provoquant une énorme variation locale des précipitations journalières. En conséquence, les stations de précipitations adjacentes peuvent montrer des différences remarquables pendant toute la saison des pluies. L'existence de telles variations nécessite de nombreuses stations pluviométriques pour enregistrer correctement la variation annuelle des précipitations en Afrique de l'Ouest. Pour les données historiques sur les précipitations, voir Données pluviométriques à long terme.

Afin d'obtenir une image fiable de la variation annuelle des précipitations dans le temps, une analyse des données pluviométriques est réalisée dans plusieurs études. Pour rester valables, de telles analyses doivent être dérivées des données d'un grand nombre de stations pluviométriques, afin de prendre en compte la variation locale substantielle. Les données manquantes dans les séries de moyennes annuelles des précipitations, basées sur un ensemble de stations différentes, altèrent les résultats dans les analyses. Ce problème est généralement résolu en standardisant les données pour toutes les stations pluviométriques. Tout d'abord, les précipitations annuelles moyennes sont calculées. Par la suite, la pluviométrie pour chaque année est convertie en différence par rapport à la moyenne à long terme, divisée par l'écart-type - c'est ce que l'on appelle ‘l'anomalie’ or ‘indice de pluie’.

L'indice des précipitations sahéliennes est montrée ici pour les années 1900-2005 comme anomalie annuelle des précipitations (%). Le schéma distinctif des années humides et sèches, avec parfois de très grandes différences entre des années consécutives, est caractéristique pour l'Afrique de l'Ouest, et la région du Sahel-Soudan en particulier.

Sahel rainfall index

Les précipitations annuelles dans le Sahel (1900-2005), exprimées en pourcentage par rapport à la moyenne calculée pour le 20ème siècle. La courbe lisse donne la moyenne mobile sur neuf ans. Source Zwarts et al. (2009).

Les zones du Sahel et du Soudan en Afrique de l'Ouest connaissent non seulement des transitions rapides inégalées du sec au humide, mais elles ont également connu un déclin sans précédent des précipitations depuis 1960 environ, avec des périodes distinctes de longue sécheresse. Au cours du 20ème siècle, trois périodes de sécheresse peuvent être discernées: les deux premières, en 1900-15 et 1940-49 respectivement, ont été suivies de périodes d'amélioration des précipitations. 30 ans plus tard, une autre sécheresse s'est produite, mais au lieu de la reprise attendue des précipitations, il y a eu une nouvelle baisse des précipitations jusqu'en 1984. Cette dernière période est connue sous le nom de Grande Sécheresse en Afrique (1972-1993). Depuis lors, les précipitations se sont améliorées progressivement.


Sources et plus d'informations: